Le neuvième art, Lyon

Christophe Roure, chef MOF et deux étoiles michelin officiait dans son restaurant de St Rambert dans la Loire, avant de déménager à Lyon au début de l’été, pour installer une nouvelle table chic dans le 6eme arrondissement. Nouveau départ, sans étoiles donc, c’est la règle, nouveau défi?
J’aime beaucoup la décoration épurée de la salle spacieuse, conçue par le designer Alain Vavro, avec présence de la pierre, et j’ai eu un véritable coup de cœur pour les suspensions en papier calque de l’artiste Jean-Luc Mare, auteur de fantastiques suspensions en papier-calque, qui apportent une touche japonisante et une atmosphère douce.
L’accueil est à l’image du lieu, sobre et doux, souriant et pro.
A midi en semaine, une formule affaires est proposée avec amuse-bouche, un plat du jour (pas de choix), un petit dessert (pas de choix non plus). Le premier menu-carte, midi et soir, est à 80 euros. C’est cette dernière formule que nous avons privilégié pour avoir le choix de propositions.
Les amuse-bouche sont très soignés et subtils, crabe parfumé, tartare de bœuf et délicieux cromesquis œuf de caille mollet, lard de colonnata.
En entrée nous choisissons le foie gras en fraisier, flamby vanille et poudre de popcorn au poivre de voatsiperifery. C’est ludique, mais des fraises en automne, ce n’est pas très bien vu, le foie gras est très sec et manque de fondant, servi trop froid, le flan ne réveille pas ce plat qui manque de saveur. Dans un menu carte à 80 euros, nous trouvons la portion de foie gras (un petit cube sur un fond de génoise et entouré de fraises) vraiment chiche. Tout comme le ragoût de coquillages et shitake, hollandaise au siphon, qui suivra, servi dans un mini bol, agréable en bouche et parfumé mais sans surprise, quelques moules, une huître, et quelques champignons.
En pré dessert, un baba pina colada parfumé dans une crème prise est plutôt réussi. Le dessert est un gâteau mousseux poire chocolat très aérien car composé au siphon, avec des saveurs franches, accompagné d’un sorbet poire. Quelques mignardises et des excellents chocolats du MOF Philippe Bel terminent un repas qui nous a finalement déçus : à titre de comparaison, on ne peut s’empêcher de repenser avec gourmandise à Takao Takano qui à quelques pas offre, dans un style proche, plus de créativité, avec des produits nobles servis généreusement à moins de 30 euros pour EPD avec une pré entrée très travaillée, du foie gras (revoir notre repas chez Takao Takano)
Le neuvième art, 173 rue cuivre, Lyon 6, site web

IMG_0517.JPG

IMG_0519-0.JPG

IMG_0520.JPG

IMG_0521.JPG

IMG_0522.JPG

IMG_0523.JPG

IMG_0516.JPG

IMG_0518.JPG

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s