Clover, la cuisine du bonheur

Un déjeuner chez Clover, porte bonheur.

Clover, c’est le mot anglais pour trèfle, à quatre feuilles il porte bonheur, et à quatre mains c’est la création de Elodie et Jean-Francois Piège, une parenthèse de bonheur pour les chanceux qui s’installent à la longue table de cuisine, on est comme à la maison : le frigo, de taille impressionnante et entièrement vitré, est rempli de légumes frais, les fourneaux sont en marche, les ustensiles sur le plan de travail. Une pièce toute en longueur, comme une cuisine d’appartement, accueillante et chaleureuse, dont on découvre peu à peu le raffinement : tout est dans les détails et rien n’a été laissé au hasard. Une élégance rare dans les choix, autant de pièces qui ont composé un décor fait de matériaux nobles. Le raku en hauteur, au dessus de panneaux en boiseries de petits triangles sculptés et ciselés un à un qui recouvrent les murs d’une parure tout en reliefs, le sol mi parquet de bois qui jadis servit de fond de cale ferroviaire – mi carrelage. La vaisselle chinée au gré des voyages, magnifique, révélant en camaïeux l’esthétique des créations culinaires comme des tableaux. Les assiettes se succèdent, on partage les « accueils », en papotant avec Elodie qui vient prendre des nouvelles de chaque convive, raconter l’histoire du lieu, nous embarquer avec enthousiasme dans l’aventure de Clover, un projet intime qui ressemble à leur rencontre.
Le quinoa en chips craquantes, purée d’aubergines au sésame et saté, puis le foie gras pas gras, une mousse toute légère acidulée par le fruit de la passion. Le bouillon de cresson au hareng est divin, il est versé dans de grands bols sublimes en émail craquelé. Suit une assiette végétale spécialement composée pour nous en remplacement d’un plat du menu que nous ne souhaitions pas : chou frisé, poireaux, oignons rouges, saveurs, textures, quelle richesse gustative! Le maigre en bouillon de capucines est subtil et visuellement exquis dans son écrin de céramique, la tourte de canard dégage les effluves d’une généreuse émincée de truffes. Le dessert est étonnant : courge butternut rôtie au rhum ambré accompagné d’une glace ultra crémeuse a la flouve odorante : un épi qui, longuement infusé dans le lait, développe des arômes proches de la fève tonka. Avec le café, un cookie régressif tout chaud sorti du four, on se dit que non, ce n’est vraiment pas raisonnable, et puis si, on croque un morceau, c’est trop bon, le bout des doigts plein de chocolat fondu, allez, encore un petit morceau, le bonheur c’est simple comme un trèfle à quatre-feuilles ou les quatre mains réunies de deux amoureux. Merci Élodie et Jean-François pour ces moments de grâce et bravo au chef Shinya Usami, sourire éclatant du bonheur de régaler, et au service délicieux et attentionné.
Un déjeuner bonheur en compagnie de Foodie froggy, l’amie des papotages devant de belles assiettes!
Clover, 5 rue Peronnet, Paris site web

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a19/68294253/files/2014/12/img_0048.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a19/68294253/files/2014/12/img_0049.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a19/68294253/files/2014/12/img_0014.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a19/68294253/files/2014/12/img_0030.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a19/68294253/files/2014/12/img_0039.jpg

Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s