Gourmandises d’été à Cannes

On se réveille avec un bon cappuccino chez l’italienne très branchée Da Laura rue Hoche, déco de bric et broc pour cette trattoria très prisée qui sert des petits dej et des pasta maison extra à midi et parfois le soir.

  
A deux pas de là, chez Lenôtre, on peut grignoter gourmand le matin avec une brioche de Menton au cédrat confit ou un bostock crème d’amandes. Pour le goûter on rapporte un éclair au chocolat extra ou la très onéreuse création individuelle glacée de la saison, la planète givrée citron meringue comme un mini vacherin. On a aussi goûté l’éclair croquembouche façon tropezienne et le schuss, mousse vanille et fruits rouges sur une génoise légère. Chaque gâteau est emballé individuellement pour arriver tout frais et sans accrocs à la maison. Lenôtre est situé rue d’antibes à Cannes.

   
 
   
 
On peut s’éloigner un peu et grimper dans le quartier de la Californie pour rapporter un kouignamann très réussi chez le pâtissier Philippe Brito. Ok ce n’est pas très local mais tellement bon, on le deroule du bord croustillant vers le centre moelleux, ultra beurré et sucré caramélisé, parfait avant une séance de natation !

  

Son baba en bocal complété d’alcool et de crème à la minute est toujours un régal, et ces petits pots sont aussi ludiques que bons, meringue mousse chocolat chantilly pistache ou génoise mascarpone fruits rouges. Gâteau classique chocolat framboise sans grand intérêt par contre.

  
Un petit tour au marché forville s’impose et on peut se régaler de street food locale avec ces beignets de fleur de courgette faits minute, juste devant vous, à déguster tout chauds et croustillants, avec une part de socca tout juste sortie du feu de bois chez les charmants Soccannes.

  
On passe au coffee break du début d’après-midi ? J’aime bien le prendre à la terrasse de La Maison du Chocolat rue d’antibes où le service est toujours soigné et agréable. Sélection de cafés Nespresso avec une bouchée chocolat assortie aux crus, et leur glace à la saveur corsée peu sucrée.

  
On peut aussi être encore plus gourmand avec la formule mini chocolat chaud (2 origines plus ou moins corsées, j’ai choisi la plus dosée en cacao), macaron quito excellent et bouchée ganache menthe.

  
Toujours rue d’antibes on peu s’arrêter chez Ladurée (boutique à emporter seulement). En été je délaisse les macarons pour leurs petits pots de glace qui sont tout de même décorés d’un macaron mais ceci dit très chers (5,90 le petit pot individuel).

  
Évidemment pour les glaces arrêt obligatoire chez Vilfeu rue bivouac Napoléon (angle Buttura, entre rue d’antibes et palais des festivals). Deco façon dinner US mais tel que le biker de patron peut les fantasmer), accueil sans sourire ni générosité ni enthousiasme : dommage car les glaces d’un authentique maître glacier sont extra. Combo chocolat et fleur de lait, forêt noire, grand marnier…

  
L’accueil est beaucoup plus chaleureux, à l’italienne chez Niva glacier rue Félix Faure, qui propose des gelati de qualité avec panna montata traditionnelle. Miam et les glaces sont les moins chères du quartier. Straciatella et panna montata.

  

Chocolat & panna

  

A l’heure du goûter un après-midi de grisaille (oui parfois, des nuages passent au dessus des palmiers à Cannes…), l’idée de se réfugier dans le bar galerie feutré de l’hôtel Majestic Barrière, un des palaces de la croisette. A vrai dire, je savais que des glaces Pierre Geronimi, maître artisan glacier corse, étaient proposées. Excellent choix de sourcing : ces glaces sont moelleuses et les parfums incroyables, issus d’ingrédients naturels sélectionnés avec exigence. Je commande une coupe chocolat café et chantilly. Un quart d’heure plus tard, le serveur déposé sans mot une coupe toute blanche devant moi… Je lui fais remarquer qu’il doit y avoir une erreur quant aux parfums de glace. Il me répond qu’il sait bien, que j’avais demandé chocolat café mais que ces parfums n’étaient plus disponibles et qu’il les avait donc remplacés par deux boules vanille. Un peu sidérée, je proteste en disant qu’il aurait pu me prévenir et me demander si une autre proposition pouvait me convenir plutôt que m’imposer un choix qui ne correspond en rien à mon souhait! En réaction, il repart avec la coupe en marmonnant « je vais voir ce que je peux faire »… Un quart d’heure encore et voici la coupe telle que je l’avais commandée, chocolat café…. Je demande si ce sont bien des glaces Geronimi. Le serveur semble ne pas connaître mais répond un « oui » qui tient plus de l’automatisme que de la conviction. La glace est bonne, j’ai tout de même un doute, pour avoir acheté de la glace chocolat Geronimi au laboratoire de fabrication, j’avais noté que la couleur était très pâle avec une saveur très corsée. Preuve que l’on ne rajoute pas de colorants pour faire illusion. Chez les artisans glaciers authentiques, les couleurs ne sont pas nécessairement saturées! Là, le chocolat était très foncé. Mais je veux bien croire que fabrication artisanale oblige, les variations de couleur et saveur sont inévitables… Au moment de payer, pas une excuse et une facture ultra salée : 16 euros pour deux boules de glace! Certes les prix sont élevés dans les palaces mais pour la même commande, les tarifs excèdent les bars d’hôtels équivalents à proximité (Martinez Grand Hyatt, Carlton, ou Negresco à Nice) alors que le service a été plus que lamentable. Dorénavant je passerai mon chemin. 

   
 
C’est l’heure du teatime et je ne m’en lasse pas : le salon de thé de la pâtisserie Intuitions by Jérôme de Oliveira, le fameux champion du monde de la pâtisserie. La boutique et le salon se situent dans l’hôtel Five Seas à Cannes, à deux pas du palais des festivals. Cet été j’ai adoré la création éphémère Escale, très subtile et très équilibrée : mousse vanille, confit et crémeux passion, biscuit vanille et croustillant riz soufflé. Les gourmandes @delicatesseny et @mline17 qui m’ont accompagné pour ces pauses papote & goûter ont adoré ! Nous avons aussi succombé au baba mojito, au fraisier, à l’Onde de choc, à la tartelette citron, au cake gianduja et un peu plus tôt en juin aux créations Charlotte framboise et tartelette cerise rose. Site web.

   
 
J’aime aussi beaucoup les financiers noisette en version fleur d’oranger avec un macaron tropezienne pour accompagné un café, ou en version chocolat avec macaron et guimauve, j’avoue un excès de gourmandise !

   
 
Suite au prochain séjour !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s