Restaurant Les Apothicaires, Lyon : le compte est tout bon ! Tabata et ludovic Mey

Les Apothicaires, mi épiciers mi pharmaciens, élaboraient des préparations avec ce que la nature pouvait offrir, et c’était une affaire de précision, de mesure, d’équilibre… Autant dire que quand Tabata et Ludovic Mey sont aux fourneaux pour concocter de délicieux remèdes en s’appropriant toute une palette aromatique aux inspirations multiples, la potion est magique. On se sent comme à la maison dans une atmosphère intimiste mi salon bibliothèque mi herboristerie avec ses boiseries et ses pots remplis d’épices et condiments. Le design intérieur, qui participe de ce sentiment de bienveillance cosy, est signé Kanop Art Design. Les codes contemporains nous rappellent que l’on s’attable chez de jeunes chefs passionnés, exigeants et créatifs qui rendent la gastronomie accessible (prix tout doux). Luminaires en suspensions cuivrées, murs bleu canard (il faut dire bleu Sarah Lavoine désormais) et cuisine ouverte sur une chorégraphie précise et concentrée, dans un calme apaisant. Cuisine et service ne sont pas séparés : on dresse une assiette et on la sert, on présente la composition, on recueille les impressions. L’ambiance est à la fois conviviale et délicate. Tabata Mey est passée par les cuisines de Nicolas Le Bec, ex deux étoiles lyonnais où officiait surtout un chef que l’on apprécié énormément : Takao Takano (relire nos billets ici et ). Cette enthousiaste chef brésilienne a dirigé les cuisines de Marguerite, un restaurant de l’empire Bocuse à Lyon. Ludovic Mey a œuvré chez Tetedoie avant de rejoindre Marguerite. Un mariage, des voyages, et plein d’idées plus tard, ces deux-là, avec Simon Guillemin et David Pouly pour compléter l’équipe, viennent d’ouvrir leur propre maison, à leur image, et dès la première semaine, la salle affiche complet! Au menu les compositions semblent classiques mais pour les papilles, elles sont inédites : jeux de textures et voyages aromatiques qui nous rappellent que nous somme bien chez des apothicaires qui ont convoqué toute une palette botanique pour nous régaler de parfums travaillés avec un équilibré remarquable. En entrée l’œuf au plat et poulpe (on adore le poulpe!) grenobloise est enivrant. La cuisson au barbecue green egg (comme chez Neva où nous avions découvert cette technique qui donne un crousti moelleux incomparable et une saveur fumée douce), le piquant des câpres adouci par la rondeur de l’œuf, un régal. On sauce avec un pain servi en boule toute chaude à découper, irrésistible. Le plat, une truite extra nacrée à cœur et croustillante sous la peau, accompagné de chou-fleur rôti en textures différentes, purée, mini bouquets, fines tranches crues mandolinées – chacune apportant une saveur spécifique – nappée d’une sauce onctueuse moutarde vin blanc. En dessert, nous avons hésité à tenter le cheesecake à la pâte de goyave (à la brésilienne!) mais nous avions envie d’une touche de fraîcheur avec les suprêmes d’agrumes et sorbet mangue, avec des éclats de sablés. On ne regrette qu’une seule chose : il va falloir s’armer de patience pour réserver un nouveau déjeuner ou dîner ! Le succès, tellement mérité, est fulgurant! Les Apothicaires, 23 rue de Seze, Lyon 6 Facebook

   
   
    
 
   
 
   
   
   
   

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s