Sugar Rush #avril2016 : Paris

Le mois dernier, notre sugar rush était new-yorkais, ce mois-ci notre terrain de jeu est Paris. Pour le prochain, en mai, nous ferons comme il nous plait avec un petit avant goût de vacances. Paris Paris, j’ai enfin goûté la tartelette au chocolat de Nicolas Cloiseau, chef pâtissier de La Maison du Chocolat (une maison que je voudrais habiter!!!) et ce fût une révélation ! Mon podium des meilleures tartelettes au chocolat est complet : mes trois préférées sont celles de Pierre Hermé, de la MdC, et de Bruno Saladino à Lyon. Cette tartelette de la Maison du Chocolat est parfaite, le crémeux chocolat reste onctueux et corsé, peu sucré, en contraste de saveurs et textures avec une pâte sablée qui reste croustifondante, friable comme j’aime, bien beurrée et sucrée, miam miam.

  
La nouvelle collection fetish de Pierre Hermé ce printemps est… Montebello! C’est l’association fraise pistache qui est à l’honneur, et déclinée – c’est le principe des fetish – à travers les classiques de la pâtisserie. J’ai goûté le chou, toujours au top, moelleux dedans et croustillant dehors, un cœur compotée de fraises, des fraises fraîches, une chantilly pistache, des éclats de pistache et des petits carrés crumble, je l’ai adoré et ajouté à ma collection de choux préférés! Le baba est étonnant, avec une chantilly pistache qui n’est pas la même que celle du chou : celle-ci est étonnamment peu sucrée, déroutante à la première bouchée mais le contraste avec le sirop au kirsch et le confit de fraises et incroyable! Et hop, dans mes babas préférés! Toujours chez Hermé, l’été s’annonce avec le bar à glaces et macarons aux couleurs pop, éphémère, sous la coupole des galeries lafayette Haussmann. L’occasion de succomber à une glace au chocolat avec son macaron sur le dessus, d’une saveur puissante (elle fait partie de mes glaces au chocolat préférées) et à quelques macarons : le célèbre Mogador passion/chocolat au lait, mais aussi deux autres qui figurent dans la collection spéciale summer break : le yaourt banane que j’ai adoré (acidité lactée du yaourt en contraste avec la suavité de la banane), et le rose coing qui rappelle le gâteau Venus. 

   
    
 

Un coup de cœur : le nouvel entremets chocopoire de Benoit Couvrand à la Pâtisserie Cyril Lignac, ici rue de Sèvres. L’association chocolat et poire est un classique qui m’enthousiasme toujours mais là, je dois dire qu’elle est particulièrement réussie! Il y a du croustimoelleux (la base biscuit chocolat) du crémeux oncteux (les billes de crème choc ultra corsées et peu sucrées), la douceur de la poire, le craquant de la fine feuille de chocolat. Le jeu de textures est très sophistiqué, une extase à chaque bouchée! Et aussi, je découvre que la divine chantilly des pâtisseries Lignac, celle – veloutée et vanillée – qui recouvre le Baba que j’adore ici (dans mon best of babas) ou là dégusté aux Prés, est en vente en pots! Juste extra gourmande, je l’ai mangée à la petite cuillère ! 

   
    
   

Pour rester dans le chocolat, après avoir adoré le grand cru vanille de Conticini, j’ai adoré le grand cru chocolat, là aussi pur chocolat noir en jeu de textures. Miam. Peut-être une petite réserve sur la fleur de sel, certes qui exalte les saveurs du chocolat, mais j’ai toujours du mal avec la touche salée dans les pâtisseries. Autres delices tout choco : la mousse du chocolatier Chapon qui a la bonne idée de proposer un bar à mousses dans sa boutique, un peu comme un kiosque à glaces. On choisit son origine de chocolat, pour moi un 100% avec une saveur amère et corsée, on choisit éventuellement ses toppings, et on déguste en cornet! Miam miam, la texture est plus onctueuse, crémeuse, que mousseuse, j’ai beaucoup aimé. Et le criollo de Stohrer, la célèbre pâtisserie vintage toujours au top de la rue Montorgueil, acceuil adorable et gâteau fondant, très équilibré, un vrai shoot pour chocolatomanes.

   
    
   

Chez Stohrer toujours, une bombe amandes cerises, un genre de financier comme une mini terrine dont le cœur est une compotée de cerise, trop bon!

   
    
 

J’ai été conquise par la tartelette Nuance de Ladurée, pâte sablée extra, croustillant praliné sur le fond, crémeux vanillé envoûtant et fine feuille de chocolat blanc craquante, cette tartelette est aussi délicate que jolie. Et mes deux parfums de macarons préférés chez Ladurée : vanille et fleur d’oranger. 

   
 

La matchamania me gagne : après avoir craqué pour le premier matchabar parisien dont je vous ai parlé ici, et les gourmandises au matcha servies avec la boisson, j’ai goûté le chou matcha de Sahadaru Aoki et, chose rare, la saveur matcha est très présente, alors que je la trouve généralement discrète dans les gâteaux. Ce chou est donc déroutant avec une saveur très terrienne dans une pâte bien beurrée et sucrée. Le roulé matcha de Aki boulangerie est aérien, une texture caractéristique des créations japonaises. J’aime beaucoup le melonpan, brioche à la mie douce, vaporeuse, au cœur de pâte de haricots rouges.

     
   

Très déçue par la Tarte Tropezienne, dans la boutique outpost parisien de l’originale. Crémeux lourd, brioche sèche, la fraîcheur et la subtilité ne sont vraiment pas au rendez-vous.

  
Une petite glace au soleil, la première de la saison à Paris, imprévue, en passant, à la terrasse du Paris London à la Madeleine, qui a la bonne idée de proposer des glaces Berthillon. Mais 13€ les deux boules et chantilly, c’est un peu too much, non ?

  

Et voilà pour ce mois d’avril, le sugar rush de mai commence, à suivre sur Instagram @travellingfoodista !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s