Sugar Rush #mai2016 : Cannes

Vive le mois de mai, les premières terrasses au soleil, une saison d’escapades sur la riviera qui commence! Mai, c’est le mois du Festival de Cannes, et pour nous ce fût un festival de la gourmandise! Nous avons nos adresses fétiches et incontournables, et nous avons aussi, avec grand bonheur, découvert de nouvelles pépites. Crédit illimité de gourmandise avec cette CB en chocolat créée par le chocolatier Paci, boutique rue Hoche à Cannes). J’avoue, cette CB a fondu en moins de temps qu’une séance de shopping !

  

Un regret tout de même : la boulangerie Belliard qui nous régalait chaque week-end de son très gourmand craquelin (relire ici) n’a pas pu reprendre son activité après les intempéries qui ont durement frappé la ville en octobre dernier. Pour l’instant les démarches avancent très lentement. Espérons que cette fermeture ne sera pas définitive. Nous avons donc trouvé d’autres gourmandises pour le petit-déjeuner : une brioche framboise, nouvelle création de Lenôtre (qui dispose d’une boutique et restaurant / salon de thé à Cannes), à la mie filante et beurrée, acidulée d’un crémeux framboise au cœur, et sucrée par un généreux craquelin parfumé, assez épais pour constituer un streusel sur le chapeau de la brioche. 

   
 
Dans le genre, nous avons aussi apprécié la brioche feuilletée au cœur confit d’agrumes offerte pour emporter après un repas à la Villa Archange de Bruno Oger (relire notre billet ici). 

  
Nous avons aussi fondu pour le bostock de la pâtisserie Christian Cottard à Antibes, ultra généreux en crème d’amande, qui rejoint la liste de nos bostocks préférés

  
Mais notre révélation matinale aura été sans conteste cet étonnant gâteau de crêpes de Lilian Bonnefoi, pâtissier chef de l’hôtel du Cap Eden Roc à Antibes qui a ouvert récemment une boutique où nous nous sommes régalés. Ce gâteau est en fait un gâteau de pancakes mousseux et aériens (contenant beaucoup de blancs d’œufs montés) tartinés de confits d’agrumes. Miam miam. 

  

Bien sûr à Cannes, une de nos adresses fétiches est la pâtisserie salon de thé au Five Seas Hotel de Jérôme de Oliveira, champion du monde de la pâtisserie et membre du club Relais Desserts (relire notre article sur cette association ici). Un éclair au chocolat, tout nouveau, nous a comblés : le crémeux est très corsé, et le jeu de textures tout en contrastes avec la pâte à chou, des morceaux de gâteau chiffon chocolat, des feuilles croquantes en chocolat, extra. Et hop, dans la liste de nos éclairs au chocolat préférés. L’exalte tout chocolat nous régale toujours, aérien, avec un cœur crème brûlée vanille, le tout sur un biscuit brownie. Pour les amateurs de praliné, l’onde de choc est un dôme tout choco-praliné, assez dense : il est l’une des créations signatures depuis l’ouverture de la boutique qui fête ses 4 ans. On trouve toujours des St Honorés et des babas dont les parfums changent chaque saison. Ce printemps, le StHo était garni d’une compotée de fraises et d’une chantilly mascarpone pistache. Le baba, mojito menthe fraise, étonnante association ! Et zou, dans notre liste des Saint-Honorés et des babas ! Nous avons aussi goûté la toute dernière création, le pep´s, gianduja orange sanguine. Les photos ne lui rendent pas grâce car il a très mal supporté le trajet dans sa boîte, mais il était absolument divin. Et d’autant que je ne suis pas fan de praliné ni de gianduja, en bonne amatrice de chocolat noir. Ce pep´s était d’un fondant incroyable, d’une douceur enveloppante, avec une touche acidulée discrète de l’orange sanguine, j’ai adoré! Et bien sûr, dans notre panier, une tablette choco orange confite au joli design et avec de vrais gros quartiers de tranches d’oranges. 

                      

Autre pâtissier star qui a été THE découverte : Lilian Bonnefoi. Nous en avons parlé en détail ici, et nous nous sommes régalés de la Rose d’Antibes, du millefeuille, des tartelettes, de l’éclair exotique, du baba, du finger chocolat, de la profiterole, des macarons, tout était extra, divin, trois passages en 10 jours et hâte de se régaler la prochaine fois chez Lilian Bonnefoi. 

              

Lenôtre est toujours une bonne adresse en matière de pâtisserie, même si la fabrication est plus standardisée, à la manière des franchises de traiteurs. L’éclair citron était très bon, avec des contrastes de textures et une esthétique soignée. Le St Honoré est réalisé dans les règles de l’art, sa générosité lui vaut une bonne place dans la liste de nos préférés

    

En revanche, beaucoup plus de réserves sur le millefeuille fraise de la franchise Laduree à Cannes. Pâte mollassonne et crème peu convaincante. L’assemblage est peu homogène.

  

Pas de passage à Cannes sans se régaler à l’hôtel Martinez Grand Hyatt. Nous adorons le gastronomique La Palme d’Or 2* de Christian Sinicropi mais les réservations affichaient complet. Au Relais, la brasserie casual au bord de la piscine, les desserts sont divins pour une pause gourmande et le service est comme toujours aux petits soins. Le tiramisu revisité était tout en contraste de textures, panacotta café corsé, crumble qui crunchent, chocolat, crémeux, crème fouettée : grand miam!

  

Un avantage réservé aux Cannois : La Maison du Chocolat qui nous enchante toujours, un des spots où nous laissons libre cours à notre chocolatomanie, dispose d’une petite terrasse mi ombre mi soleil idéale pour un café gourmand, accompagné de crème glacée chocolat tonka et d’une ganache chocolat noir orange toujours extra. Et un service toujours aussi délicat.

    

Pas de Cannes sans glace chez Vilfeu, un authentique maître artisan glacier, dont la glace chocolat est démoniaque, comme une ganache glacée. Et généreuse en chantilly (mais ça, je crois que c’est parce que les serveuses savent que j’adore ça!!!). Niva est une autre possibilité, qui est vraiment l’équivalent de Grom : sorbet chocolat, glace yaourt, et crème fouettée à l’italienne. À la place de Barbarac (franchise de glacier tropezien) on trouve désormais Gelato Junkie qui vend des montagnes de poudres turbinées foisonnées à l’extrême aux couleurs ultra chimiques. À quand un vrai label artisan glacier pour que les foisonneurs ne puissent plus afficher « artisanal »?

      
  
Un jour j’ai craqué pour une tarte tropezienne à la boulangerie du quartier, Cesarine, plusieurs boutiques à Cannes, celle-ci au Palm Beach. C’est drôle, hein, ces tartes tropeziennes de boulangeries qui sont toutes identiques. Je me demande quel est le grossiste qui fournit des brioches à cuire et des poches à douilles de crèmes prêtes à l’emploi… Beurk. Alors nous avons opté pour une tropezienne de pâtissier, celle de Christian Cottard à Antibes, lequel donne des cours de pâtisserie. Celui de l’après midi était d’ailleurs un atelier de fabrication de tropeziennes. Service adorable et conseil de dégustation : si c’est pour midi, laissez la tarte à température pour plus de moelleux car au frigo le beurre contenu dans la brioche fige. En rentrant d’Antibes, un gourmand encore attablé pour le breakfast s’est dit qu’une petite part de tropezienne… Même à 10h du mat´… Et bien non, parce que lorsqu’on a coupé ladite part, nous avons découvert que toute l’épaisseur de crème était… congelée. Et sans un grain noir de vanille. Je comprends mieux le conseil, pas de frigo, tu m’étonnes…

  

Terminons par un big up, Pascal Giry pâtissier de DF pâtisserie à Mougins, DF comme Denis Fetisson le chef du restaurant La Place de Mougins, que nous adorons, et aussi de l’Amandier, une valeur sûre. L’un est chef cuisinier, l’autre est son pâtissier, et les deux se sont associés pour ouvrir cette pâtisserie dans le centre de Mougins. Les gâteaux sont simples, classiques, toujours frais et extra, l’accueil est délicieux. Et le prix… 2,30€ à 2,50€ pour des individuels certes de petite taille,,mais pas réduite non plus, soit à peu près la taille qui fait norme chez les pâtissiers stars qui vendent ces mêmes formats à 7€! Alors je trouve que chez Hermé, la créativité, l’esthétique et le régal valent ce prix. Mais souvent, dans une gamme de prix de 5 à 7 euros, je trouve le rapport qualité prix un peu salé… Ce qui est le comble pour du sucré, hi hi! Ici le rapport qualité prix est imbattable! Paris Brest aérien, tarte au chocolat extra qui a rejoint notre liste de préférées, gâteau crémeux au chocolat, tarte financier pistache et fraise, tout est extra.

                

Et voilà pour ce sugar rush plein de paillettes et de glamour! Le mois prochain, autre ville, autres delices !

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s