Sugar rush #août2016 : Côte d’Azur

L’été à Cannes a été comblé par des virées gourmandes régulières à la pâtisserie Lilian Bonnefoi à Antibes, le coup de cœur sucré de cette année, dont je vous ai parlé ici. Beaucoup de fruits rouges, tous aussi réussis et gourmands. Moi qui suis portée sur le chocolat, j’avoue que j’ai délaissé mon addiction pour savourer toutes ces créations colorées. Gros gros coup de cœur pour l’éphémère tartelette fraise des bois mousse citron vert. La saison est courte pour ces fraises à la saveur délicate, et j’en ai bien profité ici tant cette création était subtile, extra. La tartelette cerise pistaches était délicieuse aussi. Et toujours, mes chouchous la rose d’Antibes (pamplemousse, confit fraise et crème fouettée), la profiterole, le VIP agrumes, ce gâteau de crêpes soufflées au confit d’agrume, si léger et vaporeux! Il est désormais présenté non plus dans sa boîte en bois comme en début de saison mais dans un origami japonais joli comme tout. J’ai aussi goûté le VIP en version chocolat noisette, et le parfum change complètement le style du dessert. Au chocolat, un goûter gourmand et enfantin. Aux agrumes, un dessert léger, délicat et raffiné. Cet été il y avait aussi des tartelettes très classiques aux fraises, aux abricots. Un éclair crémeux à la fraise. Une crème caramel qui renvoie en enfance. Une tropezienne très particulière à la crème dense et à peine sucrée, presque comme un cheesecake. Et une nouveauté, les glaces en pot à partager, deux saveurs et des « toppings » biscuits et sauces à chaque fois. Vanille framboise, chocolat pistache, chocolat vanille. Des textures fines et denses, peu foisonnées, aux saveurs puissantes. Site web

  •               

   
    
    
   
   
    
    
    
   

Un dessert maison tout simple mais tellement bon en saison : des framboises du marché Forville, emblématique de Cannes, et de la crème crue du fromager Ceneri. Je n’avais jamais goûté la crème crue : quel délice ! Texture dense et souple, un goût presque sucre et gourmand, très affirmé, miam.

  

Chez Jerome de Oliveira, champion du monde de la pâtisserie et membre Relais et Desserts, dans sa boutique salon de thé Intuitions by J, quelques nouveautés estivales très parfumées : tartelette pêche abricot sur un crémeux fleur d’oranger, cheesecake au look riviera (confit de fruits rouges), maracuja (mousse passion sur croustillant riz soufflé, léger comme tout), la fraîcheur (comme un fontainebleau aérien, confit de fruits rouges dessous, gelée aloe vera dessus), éclair en textures cerises coco (râpée, en chantilly, sur base financier pistache), et à grignoter un roulé framboise, un mini clafoutis mi tartelette mi gâteau de voyage.

                      

Autre pâtissier cannois à découvrir Philippe Brito, pour un éclair chocolat bien crémeux, un baba en verrine (on choisit l’alcool et la chantilly est ajoutée minute), un nuance abricot mousseux vanille.

        

Pas terrible, la tropezienne de Loelia Pissot, bien punchée mais avec une crème dense et… friable… Drôle de texture… L’Emeraude de Jean-Luc Pelé, pomme granny vanille tonka n’est pas très convainquant non plus, pas d’une grande subtilité.

    

Au Martinez Grand Hyatt, petites pauses gourmandes en terrasse au bord de la piscine. Glace et café accompagné de délicieuses madeleines, et assiette tout chocolat ultra gourmande.

        

À Antibes, une tropezienne chez Cottard, un chou chantilly, une tarte chocolat : on est plus dans le style boulanger que pâtissier. La tarte chocolat est toutefois un peu plus sophistiquée.

        

À Nice, l’incontournable Pascal Lac, membre Relais Desserts nous régale toujours. Ses créations sont délicieuses, subtiles, toujours ultra fraîches, aux saveurs bien présentes. Tout ce qu’il fait avec du chocolat comble mon palais : corsé, équilibré, toujours parfait. Et les dressages sont très soignés. C’est mon pâtissier préféré à Nice. Le baba est extra, et la tarte chocolat caramel, une tuerie, avec différentes textures de chocolat, ganache, crémeux, mousse, un régal.

          

Très bonnes aussi les pâtisseries de Canet. Le galet au chocolat est visuellement incroyable et quelle belle idée en clin d’œil aux galets des plages niçoises! Le dôme chocolat était un délice pour chocolatomanes. Chocolat corsé et texture mousseuse.

   
    
    
   

Et aussi les pâtisseries de Delibo, qui en plus de son coffee shop salon de thé de la rue Bonaparte a ouvert une boutique pâtisserie au design très contemporain. Le StHo est très classique, mais le baba plus surprenant avec un crémeux mangue assez dense à la place de la chantilly. 

            

Rue Bonaparte, la rue marais-bobo de Nice, il y a un nouveau coffee shop brésilien adorable, service jeune et très brooklyn style, attentionné, qui en plus de faire des bons cafés propose des spécialités brésiliennes : les crêpes de tapioca, en version salée ou sucrée. Surprenantes, elles croustillent sous la dent de toutes les petites graines de tapioca comme de la semoule. Ici au chocolat banane et dulce de leche. Une adresse coup de cœur.

                  

Et les glaces? Mais oui, évidemment! Vilfeu à Cannes, encore et toujours, du chocolat, fleur de lait, ou amarena, ou crème brûlée, pour moi.

        

Mais les glaces italiennes Niva sont très bonnes, très crémeuses, fior di latte et « bonet » (mélange chocolat macaron crème fouettée). Mais je suis toujours dérangée par la manière de servir ces glaces à l’italienne dans des contenants plus petits que le contenu. Ça déborde, ça coule, on s’en met plein les doigts et on est obligé de manger en vitesse sans prendre plaisir à la dégustation. Même remarque pour les glaces Cesar Gelato à Nice, j’ai goûté chocolat noir aux cerises, un peu trop sucré peut-être. À Cannes, un nouveau glacier italien « naturel » (!!!) a ouvert rue Meynadier (rue piétonne) : Ubaldo. Le service est adorable. 

   
 

  

À Nice, Fenocchio est un incontournable, et les prix sont bien moins chers que chez Vilfeu à Cannes! 

   
   

Une pâtisserie-glacier à l’ancienne (le temps semble s’être arrêté dans les années 60!!!) : Serain-Cappa, sous les arcades de la place Garibaldi. Chocolat et chantilly maison. 

  

À l’ancienne aussi, Jean-Marie glacier à Cannes (à emporter uniquement) donc at home : chocolat-orange et chantilly maison vendue au litre, extra.

  

Et comme toujours, pauses café et chocolat extra en terrasse à La Maison du Chocolat à Cannes, un carré envol, cette nouvelle gamme d’été de bonbons aeriens dont la texture intérieure est celle d’une mousse à la saveur très corsée, ici parfumée au citron, très frais en cette saison, ou une ganache classique. 

   
 

Publicités

2 commentaires

  1. Impressionnant. Après avoir fait défiler toutes ces pâtisseries en accéléré, je ne sais plus où donner de la tête.
    Une question pour toi. La question qui tue. S’il ne fallait en garder qu’une seule : laquelle ?

    • Toi tu me demandes de n’en garder qu’UNE? Je ris!!!! allez, je joue le jeu. Le gâteau de crêpes soufflées aux agrumes est juste dingue, une texture inédite. Mais tout est exceptionnel chez Lilian Bonnefoi, la tarte fraise de bois et ma rose d’Antibes sont waouw. Et pour les pâtisseries au chocolat, c’est chez Pascal Lac à Nice qu’il faut absolument aller. Le dôme choc ou le cube tout chocolat, goûtés lors d’un précédent passage, sont exceptionnels.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s