Dominique Ansel tasting dessert menu Unlimited Possibilities American Dream, NYC

Depuis quelques mois, Dominique Ansel, le pâtissier frenchie star à NYC qui assure un buzz continu avec ses cronuts, a imaginé un concept de dîners dessert tasting thématiques. Ces dîners « unlimited possibilities » ont lieu dans la cuisine à l’étage de la boutique DA kitchen dans west village. Huit convives autour d’une table, un menu de desserts créatifs aux associations de saveurs inédites et dont l’esthétique et le « design » racontent une histoire. Comme pour le cronut, c’est la disponibilité réduite qui fait l’attrait. Ces dîners ont lieu seulement à certaines périodes et seulement les soirs de we, pour un nombre donc très limité de convives. Il faut réserver et payer à l’avance (90$ hors boissons), et les places s’arrachent dès la mise en ligne. La toute première thématique était « first » (premiers souvenirs, premier métier, etc… ), servant de fil conducteur aux créations et à leur mise en scène. Cet été la thématique était Le Rêve Américain, un condensé d’histoire de l’Amérique à travers ses représentations à chaque période. Grâce à la réactivité de l’amie Delicatessen (avec qui nous avions déjà participé à l’ aventure de la cronut line) nous avons pu participer à l’aventure. Et nos attentes, peut-être un peu trop élevées, n’ont pas été comblées. L’expérience nous a laissé une impression mitigée. D’abord le rythme de ce tasting est très rapide (début vers 19h45 et fin avant 21h), les plats se succèdent sans vraiment laisser le temps d’apprécier et d’échanger avec les autres convives, ce qui est dommage. Autre déception : nous pensions que le chef était présent, dès lors que ces dîners sont programmés de façon limitée. Nous avons été accueillis par la chef exécutive et sa petite équipe, mais DA n’était pas présent. La mise en scène était pourtant vraiment bien imaginée. Après une création d’accueil, on débute l’Histoire avec le rêve des chercheurs d’or, on tamise la poudre de cacao pour trouver des pépites, un croquant au cœur coulant aux saveurs de fève tonka que j’ai beaucoup aimé. Ensuite c’est une composition de brioche et main de bouddha, sorbet aux airelles. Puis le rêve de la maison avec jardin, home sweet home de desperate housewife. Des petites bouchées parfumées au « passion fruit and pickled persimmon, with Mishmish (a lemon, pink pepper, and saffron spice blend) and shiso », une autre au « sake-marinated jicama, confit strawberry, cherry tomato, and chervil ». Difficile de repérer autant de saveurs singulières dans ces portions miniatures. Vient ensuite une période de paix avec ce lait de camomille réveillé par un vinaigre de cidre et un jeu de colorants. Et voici Wall Street, rêve de fortune des grands patrons aux cigares imposants. Ce sera sans doute ce que j’ai préféré dans le menu : ces cigares croustillants au chocolat fumés sous cloche, donnant une saveur très particulière. C’est maintenant l’heure de la révolution technologique et le premier ordi (les souvenirs d’enfance de cet ordi d’un autre âge dans le bureau de mon père !!!) : on insère une disquette (et on se sent d’un coup le poids des années passées!) et l’ordinateur éjecte une glace vanille à déguster avec une gaufre parfumée. Rien d’exceptionnel ni de très travaillé, textures peu convaincantes… On termine par la mise en scène qui a inondé instagram : le mouton shermann que l’on peut admirer à travers les différents filtres de couleurs (en sucre) avant de le croquer. C’est ludique mais le goût et les textures ne sont pas à la hauteur des attentes. J’ai cependant trouvé très drôle cette auto dérision très nietzschéenne : l’individualisme n’est pas encore advenu, nous ne sommes que des moutons en troupeau! Encore une petite séquence de voeux pour se dire au revoir : un fer à cheval en chocolat, chacun croque un bout en faisant un voeu. Et on repart avec un petit flacon de je ne sais quelle potion pour le petit dej du lendemain, pour régénérer les rêves de la nuit. On verra si le voeu se réalise, fingers crossed. Impression réservée donc. La mise en scène ludique est un peu « cache misère » de certaines compositions « cheap ». Et le rythme au pas de course n’est pas très propice aux souvenirs gustatifs. Pas de regrets pour autant : de l’humour, quelques très bonnes bouchées et les papotages toujours joyeux avec l’amie @delicatesseny ! 

Dominique Ansel Up site web
   
    
   
   
    
    
 
   
    
    
   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s