L’Orangerie au George V Four Seasons Paris : des étoiles qui brillent !

Update 9/2/17 : l’étoile est arrivée ! Bravo ! 

Au Four Seasons Paris, Le Cinq rayonne des trois étoiles du chef Le Squer qui nous a enchantés il y a quelques semaines. Mais en marge du restaurant gastronomique dans sa majestueuse salle époque, le palace abrite d’autres dining roms. Le George propose une cuisine méditerranéenne et plus récemment un nouvel espace a ouvert ses portes : L’orangerie est un restaurant intimiste au nombre de couverts limité, installé sous la verrière avec vue sur la magnifique cour fleurie d’orchidées, redesignée pour l’occasion dans un style art deco par l’architecte Pierre-Yves Rochon. Au déjeuner c’est un bain de lumière naturelle alors que les soirées sont tamisées. Le lieu est vraiment calme et agréable et plus casual que le gastronomique. Le service est charmant, souriant et complice, aux petits soins et de très bon conseil, soucieux d’éveiller les papilles. C’est Gaëtan Molette qui assure la direction du restaurant avec un professionnalisme que nous avions apprécié lorsqu’il officiait au chez Lasserre. Un chef d’orchestre bienveillant et enthousiaste. Dans les assiettes, c’est une cuisine raffinée, créative, les dressages sont de haute couture, la vaisselle soigneusement choisie pour sublimer l’esthétique des présentations. Vous l’aurez compris, nous avons été littéralement conquis par la maîtrise du chef cuisinier David Bizet (ex second de Briffard et Le Squer) et du chef pâtissier Maxime Frederic (ex second du Meurice de Cédric Grolet). Gageons qu’une telle équipe – Gaëtan Molette, David Bizet et Maxime Frederic – sera très vite couronnée comme elle le mérite. Après avoir grignoté d’excellents feuilletés citron fleur de sel, quelques frivolités aux associations de saveurs étonnantes comme cette bouchée citron réglisse passion dont l’insert liquide explose et irradie de ses arômes. 

Parmi le choix de pains, nous ne résistons pas à la spécialité de la maison : le feuilleté à la farine complète, accompagné de beurre de ferme demi-sel. Une pré entrée est servie, toujours dans la tonalité sucrée -salée : une crème glacée lait d’amande et chiboust haricots verts, pêche blanche. D’une délicatesse infinie. L’entrée choisie à la carte est le crabe royal, eau de citron, radis et caviar de Sologne. Le dressage est d’une sophistication digne de créations artistiques. Le crabe est généreusement présent et dominant. Les condiments apportent une touche acidulée et des textures croquantes et moelleuses. Le plat est une poulette du perche, que le chef travaille avec un enthousiasme particulier puisqu’il s’agit de sa région d’origine, girolles, navets kabu et sabayon citronnelle chartreuse servi en saucière (ce sabayon! nous l’avons terminé à la petite cuillère, seul!). La viande est moelleuse, sa cuisson longue à basse température en a préservé la saveur et le fondant. Pour passer au sucré, un

sorbet fromage blanc, pêche, gelée granny-smith et émulsion champagne avec un feuilleté pamplemousse coriandre. Le dessert choisi était surprenant : chocolat noir en fines feuilles et soufflé, glace cardamome noire : jeu de textures de haute précision et chocolat très peu sucré, presque salin. Et une petite fleur arrive en agréable attention : le dessert signature du talentueux pâtissier, la fameuse fleur de vacherin tellement délicate, framboises et anis. Les mignardises sont très soignées et terminent ce joli moment avec grâce. Pour moi les étoiles brillent déjà!

L’orangerie au Four Seasons GeorgeV Paris Site web




Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s