Restaurant Plume, Paris 7

Restaurant de poche ouvert il y a quelques mois dans une petite rue du 7eme arrondissement qui mine de rien concentre un nombre de bonnes tables toutes aussi prisées que discrètes. C’est le chef Youssef Gastli, doté d’un solide parcours, qui officie dans la mini cuisine ouverte. Formé à Lyon (institut Bocuse of course), puis passé dans les cuisines de palaces parisiens et chez Senderens, le voilà désormais dans son neo-bistrot aux tables en bois et luminaires à filaments. Le midi, une formule EPD du jour à 25€ est une aubaine dans le quartier. Est-ce pour cela que la mini salle était, le jour où nous nous sommes attablés, saturée de couverts? Nous avons, ainsi que nos voisins de table, été déplacés pour organiser une grande tablée. Des tables de deux se sont improvisées pour des trio, avec des chaises rajoutées ici et là. Une boîte à sardine ultra bruyante : nous n’avons pas pu échanger un mot pendant le déjeuner, il aurait fallu hurler… Une seule serveuse pour environ 25 couverts dans une petite pièce, efficace et agréable. Le chef chaleureux accueille à l’entrée – celle-ci fait face aux fourneaux. Et dans les assiettes? Nous aurions dû opter pour la formule du jour, des plats simples mais généreusement servis et joliment dressés : nous avons vu passer de belles pièces de poisson nacré. Mais nous avons choisi de goûter des propositions plus élaborées dans le menu carte EPD à 45€. En entrée, raviolis de butternut à la sauge, guanciale et noisettes fraîches. Rien d’extraordinaire : je n’ai pas trouvé la saveur de la sauge que j’aime beaucoup, et la crème était totalement liquide et déliée. Mais la déception est surtout venue avec le ris de veau laqué au soja, tamarin, endives et kumquat. Je m’attendais à un ris de veau comme je l’aime, croustillant aux abords et moelleux à l’intérieur, dodu… Las, il se réduisait à quelque lanières tellement cuites, archicuites, laquées et ultra salées que cela aurait pu être n’importe quoi d’autre que du ris de veau… je n’ai retrouvé ni la saveur ni la texture. Et les portions étaient chiches… alors que les assiettes de la formule du jour semblaient bien plus appétissantes. Le dessert, crémeux chocolat Tanzanie (simple mais délectable pour une chocolatomane comme moi!) accompagné d’une mousse de patate douce. J’ai lu d’excellentes revues sur ce restaurant et je suis étonnée d’avoir été si déçue… d’autant que si je compare aux déjeuners au même prix (45€) pas très loin chez Clover St Germain, Kitchen Galerie, ou encore les menus carte chez AG, Neva cuisine, etc…. le verdict est sans appel. En fait, je pense que nous sommes mal tombés, avec une salle en surbooking qui n’a pas permis aux cuisines de livrer leurs pleins talents. Nous sommes ressortis et avons apprécié le silence de la rue. Avec des manteaux installés sur un portant devant les fourneaux… odeur de friture tenace pour tout le reste de la journée. Restaurant Plume, rue Pierre Leroux, Paris7.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s