Pure & V, Nice

Pure & V à Nice, ouvert depuis quelques mois, a été récompensé par l’award Fooding 2019 du meilleur « sophistroquet ». Autant le terme bistronomie faisait sens et nommait opportunément une tendance qui a ouvert de joyeuses perspectives (exit le bistrot un peu cracra, serveur bougon et plats roboratifs inscrits sur une carte immuable, bonjour les tables décomplexées et conviviales où l’on mange créatif mais sans chichis sur des tables en bois, éclairé par des ampoules à filaments et servis par des BG tatoués), autant sophistroquet je n’adhère plus. Je ne vois pas bien l’apport et cette course du fooding devient parfois ridicule voire moralisatrice. Bref. Pure & V c’est une sommelière chaleureuse en salle et un chef cuisine nordique (Mathias Silberbauer). On a ici tout ce qui garantit l’approbation du fooding : vin naturel et fermentations maison. Le menu est à l’aveugle et cela me fait toujours râler : il y a des choses que j’ai plus ou moins de plaisir à manger. Autant quand le repas est réussi du début à la fin j’oublie et j’applaudis, autant cela peut être très frustrant. Ce jour-là 4 plats pour 55€ (prix au delà du standard parisien si l’on compare à Septime, ou deux adresses bistrot récemment appréciées Erh pour moins de 40€ et Automne pour moins de 50. Un chou farci pistache comme un tacos, excellente frivolité pour commencer. La première entrée est un rouget laqué, roquette en différentes textures et sauce vinaigrette soja. Très réussi. La deuxième entrée, fettuccine de potimarron dans une sauce homardine sans beaucoup de tenue, graines de courge. Pas très emballant. Le plat est un ris de veau aux champignons, dont la cuisson est crousti-fondante. Peut mieux faire sur les champignons, accompagnement sans aucune créativité. Le dessert était bluffant, c’est l’assiette que j’ai préférée : tuile d’avoine, glace camomille et caramel orange. Et pour finir une pure addiction : le carré de chocolat blanc maison travaillé avec noisettes, réglisse : secret du chef! Tout était bon, mais assez inégal selon les assiettes et pas d’effet waouw. J’ai vu passer des descriptions de plats beaucoup plus alléchantes par des précédents convives : c’est un peu le jeu risqué des menus à l’aveugle et à l’instinct du jour : parfois c’est fou, parfois un peu moins convaincant, surtout pour ce prix.

Pure et V, 15 rue Bottero à Nice

Publicités

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s