La Maison du Chocolat invite Pierre Hermé pour un duo de maestros avec Nicolas Cloiseau

Vous en avez peut-être secrètement rêvé, vous qui êtes émerveillés par l’exigence de ces deux artistes-artisans passionnés, créatifs, perfectionnistes, toujours à la recherche de l’équilibre ultime des saveurs, de l’architecture sublime des textures, l’un en maestro de la pâtisserie, l’autre en maestro de la chocolaterie ? Parfois les rêves se réalisent et la réalité dépasse nos espérances : la Maison du Chocolat a invité Pierre Hermé à créer avec Nicolas Cloiseau, à quatre mains exceptionnellement douées, de sublimes pâtisseries au chocolat. Chef en résidence, c’est l’intitulé de ce projet et la formule convient à merveille : on le dit habituellement d’un artiste en résidence et c’est bien de grand art qu’il est question. J’apprécie depuis longtemps le travail inlassable et d’une rare exigence de ces deux-là, qui ont de plus en commun l’humilité des grands. J’avais trouvé excellentes les créations végétales de chocolat bien-être de Nicolas Cloiseau, aux plantes et graines. Les saveurs étaient subtiles et inattendues, les textures fondantes et évanescentes. J’avais l’habitude de m’en faire une petite provision à la boutique Maison du Chocolat de l’aéroport CDG avant de prendre l’avion, pour l’effet magique bienfaisant et apaisant ! Et en écoutant Pierre Hermé évoquer sa démarche, l’inspiration est venue de cette ouverture au végétal, qui constitue un vrai défi en pâtisserie où l’on imagine mal de se passer de beurre, de crème et d’oeufs ! Je ne suis pas vegan, et je crois que nos deux maestros n’ont endossé aucune posture idéologique dans l’air du temps : ils ont imaginé en créateurs insatiables l’ouverture de possibles que cela pouvait apporter. S’écarter des habitudes et explorer l’inédit. Le résultat est de l’ordre du merveilleux. Deux tartelettes vegan de toute beauté, de vraies œuvres d’arts aux parures de la haute pâtisserie. Fleur de cassis doit son éclosion à l’association du cassis et du chocolat dans un bonbon de la collection créé par Nicolas Cloiseau qui a particulièrement séduit Pierre Hermé. Une élégante création imaginée à la manière d’un parfumeur équilibriste des notes : sablé au poivre de cassis aux saveurs à la fois animales et florales, compotée de cassis et groseille d’une amertume légère, acidulée par un trait de citron, dans un duo complice avec un chocolat pure origine Belize plantation Xibun travaillé en biscuit moelleux et en ganache à l’eau minérale. Ce grand cru de cacao, nous l’avons déjà rencontré avec émotion dans des créations saisonnières ou éphémères de Pierre Hermé. À cette composition de saveurs s’articule une architecture de textures qui suscite un plaisir de dégustation d’une infinie sensorialité. Mais avant les papilles, c’est le regard qui est envoûté par les pétales délicats de cette beauté. Rose des sables est inspirée de la fleur emblématique des créations de Pierre Hermé. Accord de chocolat au lait d’amande, rose aux notes suaves et praliné d’amandes torréfiées que Nicolas Cloiseau maîtrise avec brio. Le croquant de la pâte sucrée abrite une ganache soyeuse et une crème onctueuse, une invitation à la douceur. Ces deux élégances sont disponibles en boutiques Maison du Chocolat et Pierre Hermé à partir de mars et leur sillage va me rester en mémoire durant ces jours d’attente tant j’ai été conquise par leur délicatesse.

Et ce n’est pas tout. Nicolas Cloiseau, qui est toujours en quête de nouvelles manières de travailler le chocolat pour en souligner les nuances, pour créer des textures inédites offrant des expériences de dégustation mémorables, a imaginé une collection – La vie en vert – de bonbons vegan en accords fruités, en résonance avec les emblèmes de la maison. Cette nouvelle version est bluffante : les saveurs sont d’une précision et d’un équilibre remarquables et la texture de ces bonbons est divinement soyeuse. Ce défi de la naturalité s’inscrit dans la lignée de la collection bien-être qui m’avait enchantée et souvent accompagnée. « On sucre aux sirops d’agave et d’érable et en lieu et place des matières grasses animales, l’huile d’avocat soutient le fondant et la fibre de chicorée structure la texture. Délié de la crème et du beurre qui en modifient habituellement le goût, le chocolat s’exprime plus librement, dans une intensité retrouvée », explique Nicolas Cloiseau. Nous allons donc déguster le bonbon Chiberta vegan, ganache noire d’abord fraîche et acidulée à l’orange qui laisse ensuite place à la douceur. L’Andalousie vegan est une ganache noire aux notes vives et pétillantes du citron jaune. La ganache noire de cassis est d’une profondeur absolue. La ganache Salvador vegan associe la framboise et le chocolat, un classique de la maison qui ravit toujours. La ganache Maracuja vegan joue l’acidité du fruit de la passion adoucie par une pointe de lait de coca. Tous ces bonbons offrent une expérience de dégustation fruitée qui se prolonge dans la rondeur du chocolat. Un grand bravo pour une créativité sans limites qui nous transporte de bonheur !

La Maison du Chocolat Site Web

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s